daniele

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2015

Juste une balade à Chamonix

                                                                                                              

Mon camarade Robert me propose une randonnée pédestre à Chamonix pour le samedi 7 novembre. Nous devons nous retrouver la veille au Chamoniard Volant, gîte refuge bien connu des alpinistes et des randonneurs à l'entrée de la ville.

Habitant dans les Vosges, je me pose la question de savoir comment je vais rejoindre notre lieu de rendez-vous. Plusieurs options sont envisageables: prendre le train jusqu'à Paris rejoindre Robert à Fontainebleau et descendre ensemble, ou prendre ma voiture et me rendre directement au pied du mont Blanc. Puis une dernière idée me vient, pourquoi ne pas m'y rendre à vélo en traversant le Jura par la Suisse? Novembre à vélo, selon les aléas du temps, surtout à travers le Jura et les zones montagneuses des Alpes, les surprises y sont possibles, qui se concrétisent par de belles souffrances. En effet, un coup de mauvais temps avec pluie ou neige et le voyage à vélo se transforme en vraie galère, il peut même être interrompu. Les jours précédents mon départ je surveille avec assiduité les bulletins météorologiques.

J'en profite pour faire quelques sorties entre 500 et 1200 mètres d'altitude pour tester mes différents habits, en particulier les pantalons que je compte enfiler par-dessus mon cuissard en cas de froid. En effet, je me souviens d'un trajet Lyon-les Vosges fin octobre 2014. Je comptais passer par les parties hautes du Jura, mais le froid et l'humidité m'avaient repoussé vers des routes plus basses. Le matin, aux premières heures de la journée je roulais avec les extrémités bien froides et cela piquait. Alors, ne vais-je pas avoir encore plus froid en passant par des coins réputés les plus glacials de notre pays, comme la ville de Mouthe.

Arrive la date du départ, mardi 3 novembre. Le temps devrait rester couvert seulement ce jour, puis le grand beau pour une semaine est annoncé, idéal pour m'assurer un aller-retour de plus de 800 kilomètres en tout confort. Donc sans hésiter à 8 heures je me mets en route. J'ai essayé de limiter mes bagages, mais à cette période pour être autonome et pouvoir  bivouaquer sans trop de souffrance, il est nécessaire de prendre un minimum de matériel. Mon barda pèse de l'ordre d'une douzaine de kilogrammes, qui tiennent dans deux sacoches arrière et une de guidon.

J'espère rejoindre Chamonix en 4 étapes, le trajet aller totalisant un peu moins de 400 kilomètres,le retour un peu plus.  Mon plan consiste, après avoir quitté les Vosges, à traverser le Jura par de petites routes au hasard de ma carte et  descendre en Suisse et me diriger vers Vevey sur le lac Léman.  Ensuite, longer ce dernier par sa rive nord en direction de l'ouest, puis remonter la vallée du Rhône en Valais jusqu'à Martigny, où je compte m'arrêter pour la nuit chez ma camarade de l'Atacama, Flora. Une dernière étape me conduira à Chamonix par les cols de la Forclaz et des Montets.

En ce matin il fait froid, mais pas de brouillard. Dans les prés la gelée blanche apporte sa légère touche hivernale avant l'heure. Sur un rythme alerte je m'engage dans l'escalade de deux cols des Vosges au dénivelé faible, le Ménil et les Croix. Très vite la chaleur de l'effort m'envahit de sa douce irradiation et dans la foulée les épaisseurs d'habits sont enlevées. J'ai très vite la sensation de pédaler comme en été. Pourtant la température est légèrement négative et le ciel bien gris. Comme toujours, avec les premiers kilomètres d'une nouvelle aventure les doutes s'envolent et l'esprit du voyage me submerge. Il n'est pas besoin de partir de l'autre côté de la planète pour se sentir vivre. Rapidement je quitte le département des Vosges pour la Haute-Saône. Par des routes confidentielles à la circulation quasiment inexistante je traverse de nombreux villages, qui dans cette triste journée, à la lumière crépusculaire, sont déserts.

J'avance rapidement. Aux environs de midi je traverse le Doubs à Isle-sur-le-Doubs. Un salon de thé, je m'arrête et déguste un énorme chocolat au lait accompagné d'un gros gâteau plein de crème. Cette belle collation, qui me tient bien au ventre, va constituer mon repas de midi.  A la sortie de la ville, sur quelques kilomètres il me faut emprunter la D 683, large route à quatre voies. Heureusement le trafic y est faible. Puis une route, presque oubliée des cartes, me permet de m'échapper en direction des montagnes du Lomont, que je franchis par le col de Ferrière.

PB030296.JPG

Quelques gouttes commencent à tomber, juste de quoi m'inquiéter. Mais cela ne va pas s'aggraver. Une jolie descente me conduit au village de Sancey-l'Eglise. Le temps passe vite et en cette période de l'année. Sous cette couche nuageuse épaisse la pénombre s'intensifie dès 14 heures.  Je commence à me poser la question du point de chute pour la nuit. En effet, il est vivement conseillé de ne plus rouler après 17 heures, car la circulation dans le noir est dangereuse pour les cyclistes. Une côte bien raide de quelques 6 kilomètres me ralentit. Vers les 16 heures j'arrive à la petite ville de Pierrefontaine-les-Varans. Deux gendarmes, je leur demande s'il y a un gîte communal. Ils me répondent par la négative, mais m'indiquent un camping et un hôtel. Mon choix me conduit vers cette deuxième option, d'autant plus qu'il se situe juste devant moi à 300 mètres. Joli établissement au charme désuet, où l'accueil est très sympathique et les prix doux. Cette première journée s'est bien passée avec 117 kilomètres au compteur et 1526 mètres de dénivelé. La route n'a pas été aussi plate que je le pensais. En effet, une succession de côtes, jamais trop marquées, mais une fois cumulées donnent un dénivelé équivalent à celui d'un grand col des Alpes.

Repas du soir agréable, nuit douillette, les prévisions météo sont moins optimistes que prévu quelques jours auparavant. Pour cette deuxième étape, c'est sous un ciel bas et menaçant que je me mets en selle. Par des routes de traverse étroites, tortueuses et désertes, agrémentées de fortes côtes par de belles forêts à l'aspect mystérieux et austère sous une lumière blafarde, je rejoins la ville de Morteau. L'humidité très forte déclenche des bancs de brouillard ténu qui s'accrochent au relief. La pluie n'est pas très loin. Je traverse la ville assez animée. Je me dirige vers la bourgade de Montlebon, porte d'entrée vers la Suisse. J'y fais une halte afin de me ravitailler,  pour éviter de faire des achats chez nos amis helvètes, car les prix y sont prohibitifs. Le temps de mon arrêt la pluie se met à tomber, elle est assez forte, et semble s'installer. Et dire qu'il n'y a pas même un  café dans cette agglomération, pourtant pas si petite. Depuis ce matin, en une bonne cinquantaine de kilomètres, je n'ai pas vu dans les villages traversés le moindre commerce. La désertification des zones rurales est bien réelle. Je m'abandonne à ces pensées tout en regardant tomber la pluie, abrité  devant la boulangerie qui m'a vendu deux jolis pains dont l'un de seigle.

Je suis toujours partisan du mouvement et de ne pas trop perdre de temps. Donc, sans attendre que la pluie cesse j'attaque la côte assez raide qui mène à un petit col, qui n' a pas de nom. Je ne peux pas faire la photo rituelle de mon vélo devant le panneau mentionnant le nom du point haut, car il n'y en a pas. Je passe la frontière quelques kilomètres plus loin. Là encore petite curiosité, le changement de pays ne correspond pas exactement à la ligne de crêtes.

PB040297.JPG

PB040298.JPG

Je traverse une magnifique région, un peu triste et fraîche malgré le vert intense des prés. Elle est dénommée la petite Sibérie suisse. Effectivement, il n'y fait pas très chaud, tout particulièrement dans les descentes. Je dépasse le village de la Brévine. Une perte d'altitude de quelques  600 mètres en une dizaine de kilomètres me conduit à la bourgade de Fleurier. Imprudemment je ne me suis pas couvert en descendant à vive allure et c'est transi de froid que je m'arrête dans une cabane en bordure de village pour casser la croûte. Je grelotte et j'ai du mal à me réchauffer. Pédaler en novembre malgré le réchauffement terrestre  ce ne sera jamais la même chose que pédaler en été. Une fois ma pause terminée, c'est chaudement habillé que je me remets en route, en direction du col des Etroits, qui culmine à 1153 mètres. Très vite je transpire et j'enlève les couches les unes après les autres, pour très rapidement me retrouver en tee-shirt. Et malgré tout, je continue à transpirer dans cette côte qui n'en finit pas. En novembre, une fois les habits mouillés de sueur, il est très difficile de les faire sécher si l'on envisage de bivouaquer. Donc c'est torse nu sous une légère pluie que je termine l'ascension du col. Les automobilistes qui me doublent doivent se demander quel est cet étrange cycliste.

Vers les 15 heures j'atteins le col. L'obscurité risque de tomber rapidement ce soir. Mais la pluie s'est arrêtée et tout là-bas, à l'ouest, les Alpes se dessinent en ombres chinoises. De larges zones de ciel bleu les dominent. A mes pieds la vaste plaine, bordée par les lacs de Neuchâtel  au nord et Léman au sud, s'étire. Elle semble très loin en contre-bas. Le brouillard étend son emprise et la recouvre toujours plus. Dans ces conditions elle m'apparaît bien froide et hostile. Il me faut me dépêcher de la rejoindre, et un peu avant que la nuit ne tombe trouver un endroit où poser ma tente. Bien que je sente la course contre la nuit déjà enclenchée, je prends le temps, depuis ce haut promontoire, de m'imprégner de ce spectacle grandiose qui s'étire jusqu'à cette immense barrière de montagnes hérissées de pics acérés. Ces flashes qui m'interpellent de loin en loin, en s'égrainant au hasard du chemin, sont l'un des carburants du voyage à vélo. Je sais que cette sensation que j'éprouve entre extase face à la nature et urgence de chercher un lieu pour ériger ma tente, tant que la lumière est suffisante, restera l'un des instants forts de cette semaine sur la route.

PB040300.JPG

Je m'habille chaudement avant de me lancer dans une belle descente en direction de cette vallée qui s'enfonce dans le flou de la pénombre et de la brume. 

A ces moments, où il reste moins de deux heures de jour et que la plus grande incertitude règne quant à l'endroit où l'on va pouvoir s'établir pour la nuit, alors tout l'intérêt de l'itinérance à vélo se révèle. L'esprit se met en activité tous sens en éveil. On étudie le type de contrée que l'on traverse. Plutôt des cultures, des prairies ou des forêts, ou pire des zones d'habitations assez denses. Dans des pays comme la Suisse le camping sauvage n'est pas très facile, mais à cette période de l'année il suffit d'attendre la tombée de la nuit pour se poser, et généralement personne ne vient vous déloger.

La circulation est importante sur les grandes routes que je suis contraint de suivre durant une quinzaine de kilomètres. Je contourne la ville d'Orbe par son périphérique est. La zone est très industrialisée et fortement habitée. Une immense usine Nestlé, dont les dimensions du parking prouvent le gigantisme de ce site. Il me faut au plus vite m'éloigner vers des coins de campagne plus propices au bivouac. Une route peu passante part plein est vers le village de Chavornay, puis cette localité dépassée, elle se dirige vers Corcelles. A la fontaine au centre je remplis mes deux bouteilles d'eau, ce qui me donnera un peu moins de trois litres  pour bivouaquer. Entre les pâtes à faire cuire, le thé du matin et la boisson c'est ce qu'il faut.

Une fois cette tâche  accomplie je me dépêche de me remettre en route à la recherche d'un lieu éloigné des habitations. Je traverse une large zone de cultures entrecoupée de loin en loin de bosquets et petits bois, qui marquent des lignes nettes de séparation. Je devrais trouver le coin idéal et discret pour me cacher. Un chemin part sur la droite parmi les arbres. Le sol est tout détrempé de cette humidité qui se condense alors que le froid s'intensifie. Après quelques centaines de mètres je débouche dans une large clairière où s'étale un champ de maïs. Il vient juste d'être récolté. J'y recherche un emplacement bien plat et je m'installe. Il est plus de 17 heures. Une course contre le temps s'enclenche. Il me faut avoir organisé mon matériel avant la nuit, qui progresse rapidement. Bien que mon dernier bivouac remonte à plusieurs mois, les réflexes acquis reviennent vite. La couverture de survie étalée, la tente montée, le sac de couchage, le matelas gonflable, le sac à viande et le coussin lui aussi gonflable sont déroulés. Je me change, enlevant mon cuissard, le remplaçant par un pantalon épais, mon tee-shirt humide vite échangé avec un sec et plus chaud, par-dessus lequel je rajoute deux épaisseurs dont ma doudoune en plumes d'oie. Me voilà prêt pour une longue nuit d'immobilité de 13 heures. Une dernière photo de mon camp avec les ultimes lueurs du jour qui meurent à l'ouest. Je me rends compte que je suis installé  sur une terre bien grasse qui colle aux chaussures. Je rentre dans ma tente, me glisse entre mes trois sacoches, les deux arrière et celle de guidon, mais pas de problème j'ai de quoi m'allonger.

PB040302.JPG

Maintenant vient le moment de préparer mon repas. Une bonne gamelle de vermicelles rehaussée de deux bouillons Kub. Il me faut faire très attention à ne pas mettre le feu au tissu de la tente, d'autant plus que mon réchaud a le pas de vis qui s'est grippé et devient particulièrement instable. Le repas terminé, il ne reste plus qu'à me laver les dents et puis me mettre en position confortable pour attendre le jour demain matin. Je suis à plusieurs centaines de mètres de la route et encore plus loin de la première habitation, donc  la nuit sera calme.

Au matin je guette les premières lueurs du jour dans l'attente du moment où je vais sortir de mon duvet afin de replier au plus vite mes affaires. Je suis toujours étonné par ces bivouacs hivernaux, plus de 12 heures et le temps qui semble avoir filé comme s'il ne s'était agi que de quelques heures. Cette capacité d'adaptation aux éléments même lorsque qu'ils deviennent un peu adverses procure un réel plaisir. Là encore on découvre un autre aspect de la motivation du voyage à vélo.

Dès que la pénombre s'est suffisamment dissipée je plie avec un maximum d'ordre mes affaires dans mes trois sacoches tout en faisant démarrer un thé sur mon réchaud. Une heure plus tard je suis en mesure de repartir. Dans mon champ il y a du brouillard. Pourvu que la route n'en soit pas trop recouverte.

PB040302.JPG

PB050303.JPG

Le soleil pointe derrière le rideau d'arbres devant moi. Une fois sur le goudron je constate que la visibilité reste assez bonne. Aujourd'hui, je compte rejoindre Martigny au pied du col de la Forclaz. Cette plaine entre ces deux grands lacs suisses est loin d'être plate, succession de bosses plus ou moins grosses.

Le temps est redevenu très beau, contrairement aux deux jours précédents, durant lesquels j’ai roulé sous la menace de la pluie, qui heureusement ne s’est jamais vraiment concrétisée.

PB050304.JPG

PB050306.JPG

Alors que je ne vois pas encore le lac Léman, je distingue très nettement  les montagnes qui se situent sur sa rive sud en France, comme la Dent d’Oche ou les aiguilles du Midi. Je longe le lac de Bret, puis je plonge en direction du Léman à travers les vignes de Vevey. Dans cet automne en son milieu, elles sont d’un jaune éclatant, et se découpent sur l’eau sombre du lac. Le soleil les éclaire de face. Toujours cette féerie de la surprise à vélo, cette immensité toute jaune s’étend et s’échelonne sur un large pan de colline, qui prend fin dans l'immensité bleue du lac. Si par moments on se demande ce que l’on fait à souffrir sur la route, il suffit d’un tel spectacle pour ne plus douter et en comprendre les raisons.

PB050307.JPG

PB050312.JPG

PB050317.JPG

 

Rapidement je rejoins la rive, que je vais suivre jusqu’à l’entrée de la vallée de Martigny. De très beaux tronçons de piste cyclable me font traverser la ville de Montreux, aux bâtiments imposants, baignés dans une végétation multicolore. Un peu avant le bout du lac je m’installe confortablement sur un banc face au large et je fais un copieux repas à base des nombreuses réserves que je transporte. Des voiliers croisent en silence. ils me font penser à Ella Maillart, cette grande aventurière des années 30,  écrivain de talent qui relata magnifiquement ses expériences d'exception. Elle commença sa vie aventureuse en éprouvant son courage sur un frêle esquif livré aux tempêtes parfois soudaines et violentes du lac de Genève.  En effet, par mauvais temps de forts vents tombent des montagnes environnantes, certaines culminant à plus de 3000 mètres d'altitude, et  agitent l'eau avec fureur. 

PB050320.JPG

Sous ce soleil généreux, avec difficulté je m'arrache à mes rêveries, transporté quelque part dans l'Himalaya à la suite d'Ella dans le souvenir de ses nombreux livres, comme par exemple Croisières et Caravanes ou Oasis interdites. Je vais quitter le bord du lac aux eaux très calmes au cours de cet été indien. Les derniers kilomètres sur cette grève je les fais à vitesse réduite pour fixer un maximum d’images, de sensations et d'émotions dans ma mémoire.

Voilà c’est fini, la vallée se présente devant moi. J’ai de la chance un vent favorable  me pousse tout au long des trente derniers kilomètres. Je sais que la via Rhodania se cache quelque part à ma droite, mais mes quelques essais pour la rejoindre se terminent par des impasses avec demi-tour dans des culs-de-sac. Vers 15 heures j’arrive à Martigny, et je rejoins en traversant cette petite ville le gymnase où m’a donné rendez-vous  Flora. Pour le moment elle travaille à la piscine et me rejoindra plus tard. Effectivement,  un peu après 17 heures elle arrive pour assurer ses cours de gymnastique. Je peux attester que ses élèves passeront une bonne nuit après une séance intense, où elle sait les pousser loin dans l'effort, dans la bonne humeur ponctuée d'éclats de rire. Nous allons passer une soirée superbe à se remémorer notre incroyable voyage à vélo ensemble à travers le désert de l’Atacama. Cela fait maintenant deux ans.

PB050322.JPG

Le lendemain matin départ à 8 heures. Elle m’accompagne dans les premiers kilomètres du col de la Forclaz. Au lieu de suivre la route principale à la circulation importante, elle me fait découvrir de petites routes qui serpentent dans les vignes. Certes ça monte très raide, mais nous sommes seuls. Aujourd’hui encore, le temps est très beau, et la végétation explose en une multitude de couleurs en ce milieu d’automne. Je passe à la meilleure époque pour pouvoir jouir de ce spectacle. Dans quelques jours les teintes se seront affadies et les parures d’hiver prendront le dessus.

A mi-pente Flora fait demi-tour car le devoir l’appelle dans son gymnase.

PB060325.JPG

PB060327.JPG

Je reprends ma route par voies détournées et chemins en sous-bois. Il me faut par moments pousser mon vélo tant la piste à travers la forêt est pentue. Mais ce n'est que du bonheur. Je suis toujours étonné de constater, alors que l'on marche à faible allure, accroché au guidon de son vélo , que le dénivelé se creuse rapidement. Il faut dire que dans le désert d'Atacama, nous avions été à bonne école de patience. Des dizaines de kilomètres à rester à côté de nos montures, qui s'enfonçaient dans les scories volcaniques pulvérulentes, parfois du lever du jour jusqu'à la tombée de la nuit, bousculés par des bourrasques de vent adverses.

PB060329.JPG

PB060332.JPG

Je débouche sur la grande route pratiquement au sommet du col. Quelques centaines de mètres et j’y suis. Je fais une longue halte.

PB060335.JPG

PB060330.JPG

Un couple de Chinois m'aborde, lui parle anglais et elle très bien français. Ils me mitraillent de leurs appareils photo. Très vite notre conversation se dirige vers la politique internationale. Ils sont sévères avec la France dont ils trouvent la politique internationale molle et sans cap. Habitants d'un grand pays, qui vise la suprématie mondiale, il sont pour l'ordre et la discipline. Je m'arrête là cette parenthèse politique, car justement l'un des buts des voyages consiste à nous déconnecter de ce flot d'informations angoissantes qui nous submerge à longueur de télé, de radio, de journaux d'ipad et autres engins, soit-disant de progrès, qui rythment avec tyrannie notre vie quotidienne. 

Après ce moment très intéressant, je me lance dans une longue descente afin de rejoindre le pied du dernier col, celui des Montets. Il fait froid et humide. La route est mouillée dans ce grand pan de montagne à l’ombre, et pourtant il est midi. Je pense à après-demain lorsque je vais faire ce trajet dans l’autre sens tôt le matin. Je risque d’avoir beaucoup plus froid, et peut-être du verglas. Chaque chose en son temps, il sera toujours temps d'aviser le moment venu. Le col des Montets est vite enlevé.

PB060338.JPG

Apparaît alors le massif montagneux mythique de Chamonix, d’abord l’aiguille Vertes et les Drus. Ces derniers sont une vieille connaissance, constituant l’une des plus mémorables ascensions que j’ai effectuées, il y a déjà bien longtemps. Il ne me reste plus qu’à me laisser entraîner dans une dernière descente pour rejoindre Chamonix, à la recherche du Chamoniard Volant, où je rejoins un groupe d’amis afin de faire une randonnée en montagne demain. J’ai parcouru 368 kilomètres en 4 jours.

PB060342.JPG

PB060345.JPG

Ce samedi est mon jour de repos avant de reprendre la direction des Vosges. Nous prenons le train à crémaillère du Montenvert. Le décor que je connais bien est absolument extraordinaire, d’abord la face ouest des Drus qui s’élance d'un jet sur mille mètres de verticalité et qui culmine à un peu moins de 3800 mètres, et la face nord de l'aiguille du plan qui nous domine de sa paroi froide et glacée. Tout au bout de la mer de glace et du glacier de Leschaux la face nord des Grandes Jorasses dresse son mur de roche et de glace qui monte dans le ciel jusqu’à plus de 4000 mètres. La mer de glace par contre donne un spectacle inquiétant, surtout en fin de saison avant les premières chutes de neige. Elle est entièrement noire couverte de caillasses et elle s’enfonce toujours plus dans le lit qu'elle a érodé, perdant en épaisseur des quantités importantes. Sur un an elle vient de fondre de 3,5 mètres en épaisseur, ce qui est particulièrement important. Jusqu’à présent on était sur une moyenne annuelle de 2 mètres. Elle est encore épaisse d’une centaine de mètres. Une division simple permet de réaliser quelle est la durée de vie de ce symbole de nos Alpes à ce rythme. La succession  des échelles pour la rejoindre a été multipliée par deux, voire plus, en trente ans. D’ailleurs, il n’y a pas que la glace qui disparaît, les parois de granit s’éboulent. La glace interne, qui colmate les fissures et tient lieu de ciment entre ces immenses plaques qui supportent l’architecture de ces magnifiques parois d’escalade,  eh bien cette glace fond et les rochers s’écroulent. Les éboulements peuvent atteindre des dimensions gigantesques. Toutes les aiguilles de Chamonix arborent d’immenses balafres claires qui jurent sur la belle couleur fauve du granit qui a subi la patine du temps. Les Drus sont particulièrement affectés. Sur plus de 700 mètres cette lèpre blanche due à l'effondrement atteste sans contestation possible du réchauffement. De toute évidence il se passe quelque chose dans nos montagnes, et l’augmentation de la température est toute désignée comme coupable de ces bouleversements.

PB070353.JPG

PB070354.JPG

 

 On ne se croirait pas au mois de novembre à 2000 mètres d'altitude. En effet, afin d’économiser mes habits pour le retour, je me déplace torse nu, même à l’ombre des montagnes. Bien évidemment le beau temps y est aussi pour quelque chose, mais je ne peux m’empêcher de penser à certaines promenades dans ce coin par mauvais temps en été, la température était nettement moins clémente.

PB070358.JPG

De retour dans la vallée, après une magnifique journée passée au pied des aiguilles de Chamonix, flammes de pierre mondialement connues pour leur esthétique unique et la beauté de leurs escalades, nous assistons au spectacle de la nuit envahissant ces vastes  parois. Les derniers rayons de soleil livrent un ultime combat en semant une incandescence fugitive sur les neiges de la Verte et dans la verticalité des Drus.

PB070361.JPG

PB070360.JPG

Dimanche matin, après un copieux petit déjeuner dans notre sympathique refuge le Chamoniard Volant, je me prépare à reprendre la route. J’ai un dernier entretien intéressant avec le propriétaire, qui m’explique qu’avec le durcissement des réglementations en matière de sécurité, de nombreux établissements comme le sien, n’auront pas les moyens financiers pour se mettre aux normes. Il faut donc s’attendre à voir disparaître ces chalets de montagne chargés d’histoire, qui nous rappellent la longue tradition montagnarde de ces régions. Je me souviens aussi du refuge de l’Aigle au pied de la Meije à plus de  3000 mètre, qui a été remplacé par une structure moderne. On peut le regretter, mais il est vrai qu’un incendie de nuit dans un lieu qui accueille du public a souvent des conséquences dramatiques.

Il est 8 heures, il fait froid dans le fond de la vallée de Chamonix, un au revoir à mes amis qui vont repartir de leur côté, et je prends la direction du col des Montets.

Chamonix 003b.jpg

Je m’attends à avoir froid, mais tout de suite la montée me réchauffe et je me déshabille. La descente en direction du pied de la Forclaz est sèche et se passe bien. A bonne vitesse je franchis les 500 mètres de dénivelé qui me conduisent au col. En ce dimanche de novembre, le beau temps a motivé de nombreux randonneurs à venir profiter des beautés de la montagne. Je fais une dernière pause et je jette un ultime et long regard à ce massif magique, dans lequel j’ai vécu tant d’aventures. Cette intrusion à vélo à cette époque de l'année ajoute une touche supplémentaire à la longue série d’émotions qui me lie à ces hautes terres peuplées de parois redoutables. 

Je plonge vers Martigny dans une descente d’une vingtaine de kilomètres et plus de 1000 mètres de dénivelé. Les vignes ont perdu en moins de 48 heures leur jaune éclatant et tirent sur un brun plus terne. Une fois en fond de vallée je me trompe dans la ville et pars dans la mauvaise direction, car la vallée fait un coude à 90 degrés. Rapidement je me rends compte de mon erreur et reprends la direction du lac Léman. Aujourd’hui encore les éléments sont avec moi. Une petite brise me pousse et la moyenne s’en ressent. En début d'après-midi je quitte la Suisse en passant le poste frontière de Saint-Gingolph. Le lac est d’un calme plat, semblable à un miroir, pas une ride.

 

Les montagnes qui me dominent cachent le soleil qui descend rapidement. La température s’en ressent. Sur mon vélo il me faut jongler avec les couches de vêtements pour gérer au moins mal les coups de chaud et les coups de froid, le tee-shirt mouillé de sueur, sans parler des bouts de doigts et de pieds.

Je traverse la ville d’Evian, qui en cet après-midi de dimanche est envahie de piétons qui viennent profiter de cet été indien dans ce décor immense au milieu des montagnes. La densité de population est importante sur cette rive. Je ne pense pas pouvoir trouver un coin tranquille pour bivouaquer. En arrivant à Thonon-les-Bains je recherche un hôtel. Un passant en centre-ville me donne le bon renseignement et à quelques centaines de mètres sur les hauteurs je rejoins un établissement tranquille à l’accueil très sympathique et au prix modéré. En ce jour j’ai effectué 117 kilomètres et la fatigue me tombe dessus au moment de la douche. Comme la restauration de l’hôtel est fermée en ce jour férié, je ne vais pas trouver le courage d’aller me promener en ville à la recherche d’un lieu pour dîner. J’ai de nombreuses réserves que je transporte maintenant depuis 500 kilomètres. Je vais donc mettre en route mon camping gaz dans la douche, attention au déclenchement de l'alarme incendie, et me faire une ration de riz précuit. C’est extrêmement   pratique, le temps de chauffe se limite à deux minutes. La contrepartie, comme le riz est déjà imprégné d’eau, les provisions sont donc plus lourdes. Ce que l’on gagne en économie de gaz on le perd en poids de riz.

PB080365.JPG

Lundi matin, après une bonne nuit et un excellent et gargantuesque  petit déjeuner je suis sur mon vélo à 8h15. Heureusement pas de brouillard, très fréquent à cette époque, il constitue un vrai danger pour le cycliste. Contrairement à ce que je pensais, pas de piste cyclable sur cette rive du lac. La route qui suit la grève, pas toujours au plus près, est particulière encombrée en ce début de semaine, et de plus par de nombreux camions. Au plus vite j’essaie de m’échapper vers des routes moins importantes. A plusieurs reprises je me fourvoie dans des impasses. A l’aide de plusieurs personnes qui me renseignent fort aimablement je réussis à me faufiler par des routes et des chemins  à travers des  bois agréables pour le cycliste.

Dans le lointain je vois le grand jet d’eau, symbole de la ville de Genève. Je pénètre en Suisse et comme par enchantement les pistes cyclables font leur apparition. Plus je rentre en ville et plus le déplacement à vélo est facile. Au cœur de la capitale suisse c’est un vrai plaisir de suivre le bord du lac. Je fais ma pause casse-croûte au plus près du jet.

PB090368.JPG

Je continue à suivre le lac en direction de Nyon. La piste cyclable est continue, à part quelques travaux qui me forcent à la quitter ponctuellement. Les 25 kilomètres qui mènent à cette ville sont parcourus rapidement. Pour le moment les conditions sont clémentes,  d’après la météo elles devraient continuer à être favorables, voire très favorables pour la saison.  Une fois à l’entrée de Nyon je me dirige vers le col de la Grivine.  Les premiers kilomètres en m’éloignant de la grève du lac sont très raides. Depuis une centaine de kilomètres j’avais pris l’habitude du plat, il va falloir me remettre aux côtes. Une succession d’épingles à cheveux me conduit au village de Saint-Cergue. Encore 5 kilomètres et j’atteins le col.

PB090370.JPG

Le temps passe, la station des Rousses n’est plus qu’à quelques kilomètres et je décide de ne pas m’y arrêter et de continuer, quitte à devoir bivouaquer à la tombée de la nuit. Rapidement je suis à Bois-d’Amont. J’ai le choix entre partir par la vallée de Joux en Suisse ou me diriger plein est par une minuscule route en direction de Bellefontaine. J’opte pour cette deuxième solution. Ça monte dur, mais heureusement la circulation est nulle. J’ai l’impression de ne jamais sortir de cette forêt d’altitude, des bosses qui n’en finissent pas de se succéder, et le jour décline. Enfin, par une descente franche, à belle vitesse je rejoins le village précité. Il va falloir que je commence à me poser la question de mon lieu de station pour la nuit. Ce village est désert, je me dirige vers le suivant, Chapelle-des-Bois. Le plateau du Jura est magnifique dans son immensité dépouillée, de grandes prairies encore bien vertes. Je sais que dans quelques semaines, voire quelques jours, ces espaces auront perdu leur couleur de pâture pour une livrée blanche, sur laquelle les fondeurs se livreront à leur sport.

Au centre de Chapelle-des-Bois je découvre deux hôtels, mais à cette époque de l’année, juste l’entre-saison, aucun d'eux n’est ouvert. Cependant j’essaie de contacter l'un des propriétaires à partir d’un numéro de portable affiché sur la porte. Personne ne répond. Un passant, le seul que je verrai ne me laisse pas grand espoir de trouver un toit. Il ne me reste plus qu’à remplir mes deux bouteilles d’eau à la fontaine toute proche et partir à la recherche d’un endroit confortable pour m’installer pour la longue nuit qui arrive avec rapidité. Une fois en mouvement, plus que la route je scrute les  environs à la recherche du coin  adapté. Des vaches paissent tranquillement à ma gauche. Sur ma droite un indice, il n’y a plus de clôture, je vais donc pouvoir partir à la recherche d’un emplacement plat. Je roule dans l’herbe en direction de quelques sapins. Entre deux d’entre eux, une place plate me convient. Je monte mon camp talonné par la nuit qui tombe rapidement. Je me suis arrêté juste à temps. Le plus difficile n’est pas de monter sa tente de nuit, ni d’organiser son matériel de bivouac à l’intérieur, mais de trouver un endroit plat dans la nuit. En effet, le halo de la lampe ne porte qu’à quelques mètres  et alors trouver un emplacement convenable relève de l’aiguille dans la botte de foin.

PB100373.JPG

Une fois bien installé dans mon duvet, il ne me reste plus qu’à faire chauffer ma soupe aux vermicelles. Un petit problème sur le pas de vis trop oxydé de mon réchaud entraîne la chute de ma gamelle et de son contenu. Pas de problème pour récupérer les pâtes, mais l’eau il me faut en remettre. Mes réserves sont limitées, deux bouteilles, l’une de 1,25 l et l’autre de 1,50, donc un peu moins de trois litres. Je ne peux pas me permettre une seconde mauvaise manipulation si je ne veux pas souffrir de la soif durant la nuit. Pour ce deuxième essai tout se passe pour le mieux et ma platée  rehaussée de deux bouillons Kub est un vrai régal. Quelques petites sucreries en guise de dessert et je suis en mesure d’affronter la longue nuit sur ce magnifique plateau à plus de mille mètres d’altitude. Un appel téléphonique, il s'agit de l'hôtelier qui me demande si j'ai trouvé un gîte pour la nuit. A ma réponse négative il émet un regret de ne pas m'avoir répondu immédiatement. Mais ma nuit sera beaucoup plus belle et enrichissante que dans une chambre confortable.

Je vais entendre la vie nocturne bruire. Certains cris d’animaux me sont complètement inconnus. C’est plein de curiosité que j’écoute la nuit bruisser. Le bivouac seul permet une telle proximité avec la nature. Les sacrifices d’inconfort sont nettement remboursés par cette osmose avec les éléments climatiques et la vie sauvage que l’on vit, comme accepté par effraction dans ce monde discret et fragile.

PB100376.JPG

Le jour arrive tardivement en ce 10 novembre. Je guette le moment où la lumière sera suffisante pour commencer à plier mes affaires et me faire chauffer du thé. Ça y est le top est donné. Bien que ma tente soit petite, les sacoches sont stockées à l'intérieur, et rapidement chaque chose prend sa place pendant que le thé arrive à ébullition. Il ne fait pas froid, vers les 3 degrés. Une brume ténue flotte aux alentours. L’effet est superbe, encore une raison de se laisser aller au bivouac à cette époque. Je prendrais presque mon temps, tant je me trouve à ma place dans ce matin calme plein de mystère, où les formes apparaissent de manière floue à travers un léger voile qui se répand horizontalement, laissant le ciel d’un bleu uniforme. Encore une magnifique journée en perspective. Je me couvre de façon adaptée pour partir dans cet air frais et humide, tout en dosant bien le nombre d’épaisseurs pour ne pas avoir froid, ni me retrouver en sudation au bout de quelques minutes.

La route prend des airs fantastiques dans ce jeu de lumières entre brumes, ombres et soleil montant lentement, tout en étant toujours caché par le relief à l’est. Je m’arrête à plusieurs reprises pour photographier ce spectacle  éphémère, qui évolue rapidement au rythme du soleil qui se fait toujours plus présent.

PB100377.JPG

PB100381.JPG

PB100382.JPG

PB100389.JPG

PB100391.JPG

Une fois à Mouthe, arrêt dans un bar très accueillant. J’y fais un petit déjeuner copieux tout en discutant avec le propriétaire. Bien repu je reprends la route en direction de Pontarlier. Je longe le lac de Saint-Pons. Encore une journée que l’on peut qualifier d’été indien. Quand je pense que je me demandais s’il était raisonnable de partir à vélo pour un périple de plus de 800 kilomètres à cette époque. La preuve est faite qu’il faut toujours tenter.

PB100393.JPG

PB100394.JPG

PB100397.JPG

Une fois Pontarlier traversée, je tombe sur la piste cyclable qui se dirige vers Gilley. Une vingtaine de kilomètres de plaisir dans un décor d’automne finissant, les teintes perdant leur éclat, les feuilles au sol commençant à s’accumuler par endroits, tout espace encore à l’ombre étant détrempé. Manifestement les dernières résistances de l’automne cèdent rapidement aux parures de l’hiver, que les prévisions météorologiques prévoient pour la semaine à venir. J’ai un peu l’impression de voler une dernière magnifique chevauchée à vélo au cycle des saisons. Cette incertitude  face aux éléments qu’il s’agisse d’intempéries ou d'éminence de l'hiver, le vélo permet d’en ressentir toutes les vibrations et les émotions. Je ne suis jamais tant attentif à l’évolution du temps que lorsque je suis en voyage à vélo. Une sortie à la journée ne permet pas d’éprouver ce lien fort au climat. En effet, il n’y a que l’engagement qui vous pousse à essayer d’anticiper les choix en fonction de l’évolution du temps. Lors d’une sortie de la journée, il est toujours possible de rebrousser chemin ou de forcer sous la pluie pour finir au chaud à la maison, où des habits propres et secs vous attendent. Mais quand on sait que la prochaine nuit risque d’être sous tente avec les vêtements que l’on porte, alors les sens se mettent en éveil et les stratégies s’élaborent.

PB100398.JPG

PB100399.JPG

Oui le voyage à vélo donne une vraie dimension d’aventure. Mais aujourd’hui de toute évidence le temps reste au beau fixe et pas de souci du côté d’une quelconque dégradation à venir. Je traverse de longues zones au relief de moins en moins montagneux, bien que les dénivelés se succèdent de bosse en bosse. La montagne laisse la place à la campagne. Je rejoins la ville de Pierrefontaine-les-Varans, lieu d’arrêt lors de la première étape de mon périple. L’horaire me permet de pousser plus loin et j’atteins le village de Sancey-l’Eglise, où je vais trouver un hébergement pour la nuit.

Le dernier jour de mon escapade arrive. En une centaine de kilomètres à travers la Haute-Saône je vais rentrer dans les Vosges. Le temps est toujours aussi beau, seuls quelques bancs de brouillard matinal me donnent parfois des sueurs froides pour des raisons de sécurité, malgré mon éclairage assez efficace. Mais en ce 11 novembre la circulation n’est pas très importante. Rapidement cependant, le soleil réchauffant le sol, la visibilité va devenir très convenable. En une belle étape au dénivelé conséquent à travers cette plaine toutes de bosses je vais rejoindre le département des Vosges. Sans perdre de temps après un pique-nique, agréable chauffé aux rayons du soleil au bord de la rivière l’Ognon, je vais à bonne vitesse gravir les deux cols, des Croix et du Ménil, que je commence à bien connaître.  Vers les 15 heures je suis à Cornimont, après une chevauchée à vélo de 8 jours , une randonnée à Chamonix et un cumul de 825 kilomètres et 10500 mètres de dénivelé. La pratique des sorties de ce type avant les froideurs de l’hiver me procure un vif plaisir et je crois bien que je vais repartir dès que possible.

 

Écrire un commentaire